Dernières nouvelles des bolcheviks

Le nouveau recueil de nouvelles de Philippe Videlier est une cinglante relecture de l’ère soviétique où l’érudition le dispute à l’humour, la violence et l’absurde à l’Histoire.

Par STANISLAS RIGOT, Librairie Lamartine, Paris

Quelques mois à peine après son imposant roman Quatre Saisons à l’hôtel de l’univers – où il embrassait la turbulente histoire du monde arabe via celle non moins rocambolesque de la mythique ville d’Aden –, Philippe Videlier nous revient avec quatorze nouvelles qui sont autant d’éclairages à l’originalité débridée sur la sanglante aventure bolchevique. Bien évidemment se dresseront quelques incontournables de l’ère en question : le chapitre inaugural met ainsi en scène l’équipage du cuirassé Potemkine et son problème de viande ; le livre se clôt sur le mortel accident d’avion de Youri Gagarine ; dans les interstices, l’on apercevra ici un Lénine, là un Staline. Mais c’est dans l’incroyable galerie de héros, lâches et martyrs au destin improbable et pourtant réel que réside toute la saveur de cet ouvrage. Quid du mystérieux Blucher annoncé comme le sauveur de son pays attaqué par les nazis ? Quid d’Eugène Zamiatine, dit le Chanceux, écrivain à la bonne étoile parfois pâlissante ? Ils sont nombreux à être réunis ici par le talent d’un écrivain qui depuis des années orchestre avec maestria Histoire et grande littérature, documentation vertigineuse et style corrosif.

Lu et conseillé par :

  • Librairie Le Carré des Mots à Toulon Christine LECHAPT