Fille de révolutionnaires

Laurence Debray nous surprend avec une autobiographie originale et brillante, dans laquelle elle retrace à la fois son histoire intime mais aussi toute l’histoire d’une époque.

Par CHRISTELLE CHANDANSON, Librairie Elkar, Bayonne

En ces jours anniversaires de la mort du Che Guevara, un récit détonne parmi les nouvelles publications : Fille de révolutionnaires de Laurence Debray. La fille d’Elizabeth Burgos et Régis Debray nous étonne avec son récit autobiographique en désaccord avec l’image mythique des fidèles du Che et de la gauche des années 1980. Avec une rigueur toute historienne (qu’elle est), elle recompose un puzzle familial qui lui a été longtemps inaccessible. De l’engagement politique de ses parents, à son aïeule française sénatrice issue de la haute bourgeoisie, en passant par sa famille vénézuélienne, l’enquête familiale devient la photographie de toute une époque, les années 1960 et 1970. Tout de l’ambiance sociale, politique et intellectuelle y est retranscrit avec brio. Être élevée dans l’idéal révolutionnaire laisse apparemment des traces, mais Laurence Debray a hérité d’une chose merveilleuse : l’écriture. Aussi étonnante par sa verve piquante et pleine de venin, que par sa lucidité bien à elle, nous nous régalons de cette voix si raffinée. Grinçant, ce livre peut vous laisser un goût d’amertume, mais il se déguste avec une telle gourmandise, que vous ne pourrez pas le lâcher. Embarrassant mais beau.

Lu et conseillé par :

  • Bibliothèque/Médiathèque CBPT à Nantes Agathe GRANDJOUAN
  • Librairie Le Carré des Mots à Toulon Christine LECHAPT