Entretien avec ANNE-LAURE BONDOUX

Retiens la nuit

Nine, 16 ans, pense passer une soirée avec ses amis, mais sa mère Titania a d’autres projets. Elle l’emmène dans une cabane isolée, pour une nuit blanche ouverte aux confidences : son enfance, ses parents atypiques, des secrets de famille… Une histoire splendide, émouvante et captivante.

Par FRÉDÉRIQUE FRANCO, Librairie Le Goût des mots, Mortagne-au-Perche

PAGE — Le temps d’une nuit, on est immergé dans les années 1970 et 1980. Comment vous est venue l’idée de plonger dans cette époque, que l’on sent imprégnée de vécu ?
Anne-Laure Bondoux — J’ai grandi dans les années 1980. Quand j’ai commencé à publier, en 2000, je n’étais pas si loin de l’adolescence et j’avais l’impression de parler le même langage que mes jeunes lecteurs. Puis le temps a passé et la révolution numérique a modifié en profondeur la culture de la génération montante. Le roman s’est nourri de mes réflexions autour de cet écart générationnel. D’où ce dialogue entre Titania et Nine et cette envie de reconstituer par petites touches l’époque dans laquelle j’ai grandi. Je vois ce livre comme un rendez-vous entre mes lecteurs et moi, mais aussi entre mes lecteurs et leurs parents. Et je fais le pari que le plaisir sera partagé : les plus âgés se souviendront d’avoir joué au jokari, porté des sacs U.S., enregistré des cassettes, et les plus jeunes trouveront dans ces détails une certaine poésie ! Mais l’essentiel, les personnages, les émotions et l’intrigue du roman, tout cela est intemporel.

P. — Les relations familiales, et particulièrement la relation mère/fille, sont au cœur de votre roman, avec l’idée de transmission et de complicité. Quel regard portez-vous sur ce thème ?
A.-L. B. — Là aussi, j’ai puisé dans mon expérience. Il y a dix ans, ma fille avait l’âge de Nine quand nous avons appris un secret de famille qui nous a bouleversées. Il s’agissait de l’histoire de ma mère, qui faisait directement écho à la nôtre. La levée de ce secret nous a beaucoup rapprochées. Depuis, je suis fascinée par les dits et les non-dits qui façonnent les individus et les familles. Dans le livre la mère offre à sa fille les clés de l’histoire qui précède sa naissance. C’est un cadeau un peu lourd à porter pour Nine, mais Titania la respecte et la croit assez solide pour encaisser le choc. Leur relation évolue au fil de la nuit. Pour Titania, c’est une sorte d’accouchement. Pour Nine, une deuxième naissance. Cela ne va pas sans difficultés, mais c’est un acte de délivrance et une fois la parole libérée, le rapport entre mère et fille sera plus juste.

P. — Votre personnage est écrivain comme vous, et votre propre fille a réalisé les illustrations intérieures de votre roman. Comment ces jeux de miroir se sont-ils faits ?
A.-L. B. — J’ai adoré créer ce personnage d’écrivain : une romancière à qui j’ai donné quelques années de plus que moi et une bibliographie très différente puisqu’elle écrit des polars. J’ai joué avec nos ressemblances, bien sûr, mais je la vois plutôt comme une sorte de Fred Vargas fictive. Quant aux illustrations, j’en ai eu l’idée dès le début, notamment parce que j’ai travaillé à partir d’un vieux catalogue Manufrance. À la fin de l’écriture, il m’a paru évident de demander à ma fille de faire quelques croquis. Coline a réalisé une douzaine de planches façon catalogue. Notre collaboration donne à ce roman une couleur particulièrement affective, et un sens encore plus fort à l’histoire.

P. — Le récit se déroule depuis une cabane isolée. Cet endroit secret a un rôle de refuge, en pleine nature. Comment avez-vous eu l’idée de ce lieu ?
A.-L. B. — Ce lieu a été la matrice du roman. Il y a vingt ans, j’ai lu un livre d’Annie Dillard, En vivant, en écrivant (Christian Bourgois) où elle racontait ses séjours en solitaire dans une cabane au bord de l’océan, sur la côte américaine. Après cette lecture, j’ai rêvé d’avoir une cabane à moi pour y écrire. Finalement, je m’en suis fait un refuge imaginaire où je peux aller quand je veux, en pensée. Très naturellement, j’en ai fait le cocon de ce roman.

Voir la liste des entretiens

Lu et conseillé par :

  • Établissement scolaire IUT François Rabelais à Tours Laurence BEHOCARAY
  • Librairie du Théâtre à Bourg-en-Bresse Lydie ZANNINI
  • Librairie Maison du livre à Rodez Amandine POULHÈS
  • Librairie Maupetit à Marseille Gaëlle FARRE
  • Librairie Gwalarn à Lannion Isabelle RÉTY
  • Librairie La Préface à Colomiers Virginie COLLET
  • Librairie Aux Vieux Livres à Châteaugiron Camille HACQUARD
  • Librairie de Paris à Saint-Étienne Isabelle COURIOL
  • Librairie Coiffard à Nantes Coralie SÉCHER
  • Librairie ParChemins à Saint-Florent-le-Vieil Michèle GERMAIN
  • Librairie Le Goût des mots à Mortagne-au-Perche Frédérique FRANCO
  • Librairie Elkar à Bayonne Cécile LAXALT
  • Librairie La Page Suivante à Lyon Catherine OHANESSIAN
  • Librairie Les Guetteurs de vent à Paris Angélique GALLOIS
  • Librairie Graffiti à Castres Valérie FAUCON
  • Librairie Page et Plume à Limoges Françoise VILLEMONTEIL
  • Librairie Nouvelle à Asnières-sur-Seine Laurent BOJGIENMAN
  • Librairie Mots & Motions à Saint-Mandé Isabelle THEILLET
  • Librairie Points communs à Villejuif Véronique BAGARRY
  • Librairie Jeux lis là ! à PARIS Aude MARZIN
  • Librairie Livres et vous à Ruffec Pauline FOUILLET
  • Librairie Sauramps à Montpellier Julia LAHOZ
  • Librairie À titre d’aile à Lyon Valeria GUÉDRA
  • Librairie Page 5 à Bruz Frédéric LEPLAT
  • Librairie Vivement dimanche à Lyon Gabriel PFLIEGER
  • Librairie Ombres blanches à Toulouse Marlène DAVEZAC
  • Librairie Le Failler à Rennes Noëmie KORMANN
  • Librairie Le Failler à Rennes Célestine DALIBARD
  • Librairie L'Intranquille à Pontarlier Elisabeth JACQUART
  • Librairie Récréalivres à Le Mans Gwendal OULÉS
  • Librairie Le Bateau Livre à Lille Claire HAELEWYN
  • Librairie Le Bel aujourd'hui à Tréguier Léonie DESBOIS
  • Librairie Gutenberg à Issy-les-Moulineaux Isabelle LASNE
  • Librairie Récréalivres à Le Mans Laure AHOUANDJINOU
  • Établissement scolaire Lycée Jules Fil à Carcassonne Magalie BOSSUYT
  • Librairie Un Fil à la page à Mordelles Murielle LERESTIF
  • Librairie L'Eau vive à Avignon Madeline ROTH
  • Librairie de Paris à Saint-Étienne Alexandra CHARROIN SPANGENBERG
  • Bibliothèque/Médiathèque Villeneuve les Salines à La Rochelle Pascale ARLIGUIE
  • Librairie Quai des mots à Épinal Marina SAUVAGE
  • Librairie Quai des mots à Épinal Nathalie PRUDHOMME
  • Librairie La cabane à lire à Bruz Valérie FÈVRE
  • Librairie Nouvelle d'Orléans à Orléans Séverine CAULIER
  • Librairie Le Jardin des lettres à Craponne Perrine THIERRÉE
  • Librairie Prado Paradis à Marseille Carole CLAMENS
  • Librairie Le livre et la tortue à Issy-les-Moulineaux Sasha LE PAIH
  • Librairie Lamartine à Paris Aimée RODOT
  • Librairie Hirigoyen à Bayonne Valérie BRILAND
  • Librairie Gutenberg à Issy-les-Moulineaux Léopoldine RAYNAL
  • Établissement scolaire Collège Antoine de Saint-Exupéry à Fresnes Ghislaine LACHAUD
  • Librairie Les Nouveautés à Paris Nathalie BAYLAC
  • Librairie L'arbre à lire à Sartrouville Marianne DOTHIER
  • Librairie Le Comptoir à Santiago (Chili) Maryline NOËL
  • Librairie Au temps des livres à Sully-sur-Loire Aurélie BOUHOURS
  • Librairie des Halles à Niort Aurélie RICHARD
  • Librairie Les Cyclades à Saint-Cloud Honorine COUBARD