Violette Morris, t. 2

Son aura est scandaleuse, sa personnalité ébouriffante, son histoire romanesque. Son destin sera forcément tragique. Dans l’entre-deux-guerres, l’anticonformiste Violette Morris dérange comme elle enthousiasme. Retour dans cette excellente série historique sur ce personnage trouble fait d’ombres et de lumières. Dans ce deuxième tome de la série Violette Morris, À abattre par tous moyens, Javi Rey, Betrand Galic, Kris et l’historienne Marie-Jo Bonnet abordent le volet sportif de cette pionnière du sport féminin tout en poursuivant leur jeu de piste autour de cette légende noire.

Par SARAH GASTEL, Librairie Terre des livres, Lyon

Violette Morris est une héroïne rêvée pour mettre en images un destin atypique. Athlète hyperbolique aux allures de garçonne, lesbienne assumée, anticonformiste au langage vert, c’est une figure des Années folles et des nuits parisiennes, amie de Joséphine Baker et de Jean Cocteau. Véritable force de la nature, elle meurt en avril 1944 au volant de son bolide, avec une famille qu’elle transportait, dans une embuscade des hommes du maquis Surcouf. Était-ce elle qui était visée par la résistance ? Celle que l’on surnomma « la hyène de la Gestapo » aurait frayé avec la bande de Bonny et Lafont, et aurait déployé des trésors d’ingéniosité pour extorquer des aveux aux résistantes françaises. Son personnage éveille de nombreux fantasmes mais cette biographie sinistre ne colle pas avec les recherches de l’historienne Marie-Jo Bonnet qui lui a consacré un livre. S’il est vrai que la trouble Violette Morris a dirigé un garage parisien réquisitionné par la Luftwaffe, n’est-elle pas plutôt coupable d’avoir été scandaleusement libre dans une époque encore rigide, prête à tout pour le rester, quitte à côtoyer l’ennemi ? Fautive d’avoir essayé de faire bouger les lignes en matière d’égalité entre les hommes et les femmes ? C’est le parti pris de cette bande dessinée passionnante, « à la recherche de la vérité de ce personnage » et des raisons de sa mort. L’enquête amorcée par le personnage fictif de Lucie Blumenthal, ancienne avocate d’origine juive et amie d’enfance de Violette, se poursuit ainsi dans ce deuxième tome qui met en lumière une vie dévouée aux sports. À travers d’ingénieux retours en arrière, on découvre Violette Morris grand espoir du sport français, excellant au football, raflant des victoires en cyclisme et aimant la boxe. En 1927, elle remporte le Bol d’or à la barbe de ses concurrents masculins. Au sommet de sa gloire, soutenue par la presse et le public, la Fédération féminine sportive lui retire sa licence pour sanctionner son habit masculin et son jargon fleuri. Ne supportant pas d’être limitée dans sa liberté, elle décide alors de se faire enlever les seins. Une détermination sans faille qui finira par la perdre et que les nombreux cadrages du visage font ressortir avec force. Portés par un scénario au cordeau, les dessins dynamiques mettent en lumière cette vie rythmée, toujours en mouvement, tout en parvenant par leurs jeux de couleurs chaudes et froides à retranscrire l’ambiguïté du personnage. Une Violette Morris attachante et ambivalente, dans une époque captivante, que cette tétralogie fait (re)découvrir. N’hésitez plus : cette série, destinée à devenir une référence, plaira aussi bien aux adolescents qu’aux adultes.

Lu et conseillé par :

  • Librairie M'Lire Anjou à Château-Gontier Christophe AIMÉ
  • Librairie Un Fil à la page à Mordelles Murielle LERESTIF
  • Établissement scolaire IUT à La Roche-sur-Yon François-Jean GOUDEAU
  • Librairie La Librairie Le BHV Marais à Paris cedex 4 Stéphane QUERO
  • Librairie Volte pages à Olivet Séverine AUMONT-SANZ
  • Librairie Maison du livre à Rodez Samuel VIDAL
  • Librairie des Halles à Niort Delphine DEMOURES
  • Librairie Terre des livres à Lyon Sarah GASTEL
  • Librairie Saint-Christophe à Lesneven Jean-François DELAPRÉ
  • Librairie Lectures vagabondes à Liffré Claude CHARPENTIER
  • Librairie Au temps des livres à Sully-sur-Loire Aurélie BOUHOURS