• 7 7

    Voici un premier roman sacrément troublant. Son jeune narrateur ne mâche pas ses mots : il décrit, il vitupère, il scande sa colère. Ce matin, à l’abribus, il n’est pas monté dans le car scolaire avec les autres adolescents. Il reste seul sur le bord de la route, à regarder passer les voitures.

  • À la demande d’un tiers

    Enquête déroutante d’une jeune femme dont la mère s’est suicidée alors qu’elle était enfant et qui vient d’interner sa sœur en hôpital psychiatrique. Le personnage principal est attachant bien que très décalé par rapport à la réalité : Bambi et tous les personnages de Disney orphelins de mère l’obsèdent.

  • À sang perdu

    Frère et sœur, Wyatt et Lucie vivent isolés dans le ranch familial depuis la mort « accidentelle » de leur père sur le territoire de l’Utah. Une gamine sauvage va venir perturber ce fragile équilibre en décimant leur troupeau de bétail avec un semi-automatique dans une main et un fusil de chasse dans l’autre.

  • Amazonia

    À l’ère de l’industrialisation massive et des inquiétudes provoquées par l’arrivée de Bolsonaro au pouvoir, Patrick Deville démontre que les signaux d’alarme de déforestation étaient déjà présents dès les premières incursions européennes en Amérique du Sud.

  • Âme brisée

    La musique adoucit les mœurs, dit-on. Pas évident pour Rei, un petit Japonais qui assiste en 1938 à l’arrestation de son père accusé de communisme par les soldats japonais. Celui-ci était en effet en train de répéter en compagnie de trois Chinois un quatuor de Schubert.

  • Après la fête

    C’est l’histoire de deux jeunes gens qui démarrent leur vie d’adulte, après leurs études universitaires. Raphaëlle est issue d’un milieu plutôt bourgeois, Antoine vient de la cité. Ils s’aiment, s’installent ensemble dans un minuscule studio dans Paris.

  • Assassins !

    Ce roman nous raconte les dernières heures d’Émile Zola, la nuit de son intoxication par oxyde de carbone. Accident domestique ou assassinat ? Zola, en pleine agonie, se souvient de son enfance, de son père mort trop tôt, de sa femme Alexandrine alias Coco, de sa maîtresse Jeanne, mère de ses deux enfants, Denise et Jacques, de ses luttes pour défendre ses romans, de la difficulté de trouver sa place dans le monde littéraire de cette fin du xixe siècle, de Dreyfus évidemment.

  • Asta

    « Ást », c’est amour en islandais. Ásta avait donc reçu comme prénom une promesse d’amour. Dans les années 1950, à Reykjavik, ses parents vécurent une histoire d’amour charnelle et passionnée qui donna naissance à deux filles. Mais sa mère, excessive, affamée d’amour et de vie, mais aussi d’alcool et d’oubli, abandonne ses enfants.

  • Au loin

    Finaliste du prix Pulitzer, Hernán Diaz impressionne. Son premier roman s’inscrit dans la lignée des grands récits de l’errance, ranimant le genre par son surréalisme, son ingénieuse réinvention du western et sa propension à exprimer les préoccupations de notre temps.

  • Automne

    Daniel Gluck est centenaire. Allongé sur son lit en maison de retraite, ses moments de lucidité se font rares. Il oscille entre rêve de Paradis, joie de quitter enfin cette longue vie et atterrissage brut dans cette réalité où il semble bien devoir vivre encore un peu.